Les 3C du team-building QVP

Fusion d’une course d’orientation, d’un escape game à ciel ouvert et d’une visite touristique, un jeu de piste QVP est bien évidemment un moyen de s’amuser et d’explorer une ville. Mais au-delà de son aspect purement divertissant et culturel, un Qui veut pister est aussi un formidable outil de team-building.

Et pour vérifier cela, abordons les « 3C » propres à un jeu privatisé QVP.

Une compétition conviviale

Un bon team-building est avant tout un moment permettant aux différents membres d’une entreprise de partager et créer du lien de manière non artificielle. Alors quoi de mieux qu’un jeu amusant et dynamique pour atteindre le premier « C » de la convivialité ? Peut être une découverte de la ville insolite et unique ensemble ?

Qui dit jeu et team-building, dit aussi souvent un peu de compétition. Voici donc notre second « C » à atteindre afin de stimuler et de renforcer les liens d’un groupe. Répartis en équipes d’environ 5 participants, les joueurs d’un QVP sont amenés à rivaliser contre les autres afin de poursuivre un but, tout en ayant un véritable sentiment de victoire et d’accomplissement en cumulant un maximum de points. Toujours dans la bonne humeur bien entendu !

Un pour tous

Mais le plus important et troisième « C » que se doit d’avoir tout bon team-building est celui inhérent au développement de l’esprit d’équipe : la cohésion. C’est là où le jeu de piste QVP se distingue en plongeant les équipes dans une enquête à résoudre, permettant de les impliquer autour d’un enjeu et de les faire réfléchir comme un seul homme. La cohésion vient alors naturellement, à chacun son rôle pour progresser ensemble et trouver la solution finale.

Finalement, les 3C d’un jeu Qui veut pister sont tout simplement ceux d’un bon team-building : convivialité, compétition, et surtout, cohésion. Alors, venez privatiser votre QVP !